Instagram : quand un tiers enregistre vos stories à votre insu

0

La société HYP3R, qui travaillait en collaboration avec Instagram, recueillait à l’insu de ses utilisateurs des données telles que les stories publiques ou encore les données de localisation. Une nouvelle qui a poussé Instagram à mettre fin à cette collaboration.

Instagram

Décidément, ce n’est pas la première fois qu’un logiciel du groupe Facebook est impliqué dans le transfert des données personnelles à une entreprise tierce. Cette fois-ci, c’est l’application Instagram, qui appartient au géant américain Facebook, qui est en cause. Cette dernière vient d’annoncer avoir mis fin à son partenariat avec l’entreprise de communication HYP3R, qui collectait les données personnelles des utilisateurs (story et position notamment) pour cibler des publicités cohérentes pour les internautes. Tout ceci, bien sûr, à l’insu des utilisateurs.

La récolte de données personnelles à l’insu des utilisateurs d’Instagram par HYP3R

L’objectif de l’entreprise HYP3R était de créer des profils annonceurs dans le but de mieux cibler la publicité destinée au consommateur. Pour ce faire, l’entreprise récoltait des données par le biais d’un partenariat signé avec Instagram afin de proposer aux utilisateurs de l’application un contenu personnalisé et cohérent avec leurs positions géographiques et leurs habitudes de consommation.

Sauf que, les données récoltées par l’entreprise allaient au-delà de ce qui était convenu avec le groupe Facebook, à savoir que la société de marketing n’était pas censée enregistrer les story des utilisateurs dans le cadre de ses fonctions. Le partenariat entre HYP3R et Instagram a donc pris fin à l’initiative de ce dernier pour violation des données personnelles des utilisateurs. Il faut dire qu’après que Marc Zuckerberg ait rencontré les principaux chefs d’États sur la question, il était difficile de laisser courir un tel comportement au détriment des internautes.

Quelles étaient les données enregistrées par HYP3R ?

Pour pouvoir mieux cibler la publicité qui apparaissait sur votre compte Instagram, HYP3R sauvegardait 3 types de données. Les stories postées publiquement étaient systématiquement enregistrées, tout comme les données de localisation ainsi que les biographies des profils. Grâce à ces divers éléments, la publicité était plus cohérente sur les divers comptes Instagram. D’ailleurs, nous ne connaissons pas officiellement le nombre de profils touchés par cette pratique, mais il est certain que le nombre est absolument démentiel, et dépasse largement le million d’utilisateurs.

Un enregistrement effectué en toute légalité ?

Si la nouvelle a de quoi surprendre, il parait incompréhensible que les équipes d’Instagram ne s’en soient pas rendues compte auparavant. En effet, le mode opération de la société HYP3R n’a jamais été caché pour les utilisateurs. Ce dernier était même directement indiqué sur son site web. La société se défend d’ailleurs en indiquant qu’elle n’a fait qu’enregistrer et exploiter des données qui sont accessibles publiquement, et qu’elle n’a jamais recueilli une donnée privée sur les utilisateurs.

Il n’empêche qu’à la suite de l’affaire Cambridge Analytica, Instagram a bien fait de faire profil bas et de mettre aussitôt fin au contrat qui liait l’entreprise à HYP3R. Les utilisateurs de Facebook et d’Instagram sont depuis plusieurs mois de plus en plus soucieux de l’utilisation qui est faite de leurs données personnelles, en particulier lorsque ces dernières peuvent être utilisées pour changer leurs habitudes de consommation.

Instagram : quand un tiers enregistre vos stories à votre insu
4 (80%) 1 vote

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here