Android : un étudiant vietnamien serait derrière l’adware Ashas

0

L’adware avait déjà infecté plus de huit millions de fois des smartphones Android. ESET a suivi sa trace et fini par découvrir son auteur.

Adward Ashas

Le responsable était apparemment un étudiant vietnamien. Il vit à Hanoi et a déjà développé un grand nombre d’applications Android selon le rapport de la société de cybersécurité ESET. En effet, il aurait développé pas moins de 42 applications mobiles proposées sur le Google Play Store. Au début, celles-ci n’étaient pas infectées par l’adware Ashas comme on le nomme. L’étudiant l’aurait ajouté seulement après, via des mises à jour.

L’auteur de l’adware découvert

Dans l’ensemble, ces applications infectés ont été téléchargées plus de huit millions de fois. Le code contenu dans le logiciel publicitaire permettait d’afficher des publicités en plein écran superposé à d’autres applications. Les publicités perturbent évidemment les utilisateurs. L’auteur serait même plutôt doué, car il a réussi à cacher leur origine. Il n’était toutefois pas assez malin pour dissimuler son identité. Les chercheurs d’ESET n’ont eu aucun mal à suivre sa trace et découvrir au final son identité. Apparemment, le jeune étudiant vietnamien n’a pas pris la peine de cacher son identité au moment où il avait publié les premières versions de ses applications sur le Play Store.

Toujours d’après ESET, 21 applications étaient encore disponibles sur la plateforme de Google à la découverte de l’opération. « Nous avons signalé les applications à l’équipe de sécurité de Google et elles ont été rapidement supprimées » expliquent la société de cybersécurité. Si vous avez tendance à télécharger vos applications sur le Play Store, il n’y a donc aucun souci à vous faire. Des applications infectées restent cependant disponibles sur des plateformes tierces.

Que pensez-vous de cette info ? N’hésitez pas à partager votre avis dans les commentaires.

Android : un étudiant vietnamien serait derrière l’adware Ashas
Noter cet article

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here