Test Wiko Darkmoon

0
dark-700x453

Sur les réseaux sociaux, un internaute nous a demandé notre avis sur le Wiko Darkmoon. Nous avons donc décidé de le tester pour vous. Chaque soir entre 18h et 20h, n’hésitez pas à venir discuter en direct avec nos expert sur notre page Facebook.

En dehors du fait que son nom a visiblement été suggéré par un fan de Pink Floyd, le Wiko Darkmoon est un smartphone moyenne gamme du fabricant chinois Wiko qui était à l’époque encore surnommé « la firme marseillaise ». Commercialisé à la fin de l’année 2013, il a succédé au « blockbuster » Wiko Cink Slim qui, grâce à son tarif extrêmement concurrentiel, est parvenu à imposer la marque sur le marché français. Vendu en dessous de la barre des 150€, l’appareil soutient-il la comparaison avec les autres mobiles de sa gamme, un an après sa sortie ? Réponse dans ce test.

Wiko Darkmoon, un design plus classique que classe

Le Wiko Darkmoon se différencie assez peu des autres modèles de la marque dans sa gamme, à savoir le Darkfull, le Darkside et le Darknight, dont les noms semblent être autant de références filmiques. L’appareil tire cependant avantage de sa taille et d’un look qui, bien que peu original, reste quand même relativement raffiné et discret pour son prix. Vous n’aurez pas honte de le sortir dans le métro, et ce n’est pas le cas de tous les téléphones d’entrée/moyenne gamme. Ses angles arrondis lui offre une prise en main particulièrement facile, et c’est un vrai bon point car vous pourrez naviguer dessus à une main malgré la taille de son écran. Sa coque en aluminium est toutefois sujette aux rayures. Évitez donc de jouer au Frisbee avec

Wiko Darkmoon, un écran qui surpasse sa gamme

Premier constat : l’écran du Wiko Darkmoon est grand, très grand pour son prix, avec ses 4.7 pouces solidifié avec une protection Gorilla Glass 2 . Mieux encore, la résolution de l’écran est HD, de la vraie : 1280 X 720 pixels. Pour un appareil vendu à moins de 150€ et sorti il y a près d’un an, c’est proprement exceptionnel. Le contraste et la luminosité sont excellentes, ce qui est paradoxal vu son nom, et même les couleurs sont assez réalistes. Les angles de vision sont également très bons et vous pourrez lire l’écran même si vous êtes légèrement de côté. Encore un bon point.

Wiko Darkmoon, une interface un peu vieillotte 

Le Wiko Darkmoon tourne sous l’interface Android version Jelly Bean 4.2.2, qui n’est clairement plus dans sa première jeunesse, tout ce qu’il y a de plus classique. Il y a tout de même quelques apports made in Wiko comme le fond d’écran. On est évidemment très loin des personnalisations proposés par les géants du marché comme Sony et Samsung, mais rien de particulièrement alarmant ou dérangeant. Evidemment, si vous êtes viscéralement opposés à Android, passez votre chemin. RAS sur ce point là.

Wiko Darkmoon, une puissance maîtrisée car maîtrisable

Le processeur chipset quatre coeurs du fabricant Mediatek est cadencé à 1.3 Ghz et soutenu par 1Go de RAM sur ce Wiko Darkmoon… Qui ne tourne pas sous 4G, ce qui est le seul gros écueil de ce smartphone, sorti à sa décharge avant la démocratisation du réseau. Il est toutefois compatible avec la 3G+ / H+, ce qui est déjà très bien. Si les performances n’ont rien d’exceptionnelles, elles restent tout à fait convenables pour la gamme, à plus forte raison quand on prend en compte l’ancienneté du smartphone. Bien entendu si vous êtes amateurs de jeux récents en 3D, ce smartphone n’est pas fait pour vous. Il vous assurera tout de même une navigation courante fluide et n’a pas l’ambition de faire plus. Attendez-vous tout de même à quelques ralentissements sur le défilement de longues pages web. Gros point noir sur la mémoire en revanche, seulement 4 Go, c’est plus que faible.

Wiko Darkmoon, Multimédia et autonomie dans la moyenne

Concernant l’appareil photo/vidéo, on a sincèrement connu bien pire (la tentation est grande de citer des noms). Toujours pas de prix Pulitzer en mire avec le Wiko Darkmoon, cela va sans dire. Le smartphone dispose d’une caméra frontale, d’un flash, prend des clichés de 8 mégapixels (autant que l’iPhone 6) et est bien entendu pourvu du bluetooth. Pour ce qui est de l’autonomie, Wiko avait communiqué 15h en activité pour le Darkmoon. La vérité est malheureusement moins idyllique. Mais avec dix heures d’autonomie en activité, nous restons dans des résultats plus que corrects. Sa batterie de 1800 mAh n’a aucun mal à faire tourner ce smartphone pas vraiment vorace en énergie.

Pour conclure, si vous voulez un smartphone à très bon prix et que vous n’êtes pas particulièrement porté sur la performance, ce Wiko Darkmoon est fait pour vous. Pour les autres, lorgnez plutôt du côté du moyen/haut de gamme.

Vous possédez un Wiko Darkmoon ? Exprimez-vous dans les commentaires !

 

 

Test Wiko Darkmoon
Noter cet article

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here