La Cnil soupçonne deux jouets connectés d’espionner les enfants

0

Selon la Cnil, les jouets connectés que sont la poupée « Mon amie Cayla » et le robot « I-Que » ne sont pas suffisamment sécurisés. Pour éviter les fuites de données personnelles, le fabricant chinois de ces jouets se voit maintenant obligé d’améliorer leur sécurité.

Jouets connectés Mon amie Cayla robot I-QueBeaucoup d’entre nous ont sûrement déjà entendu parler de cette affaire. En effet, elle remonte en 2016 lorsque l’association UFC Que Choisir décide de se saisir de la Commission nationale de l’informatique et des libertés après avoir découvert des failles de sécurité sur la poupée « Mon amie Cayla » et sur le robot « I-Que ». Fabriqués par Genesis Industries Limited, ces jouets connectés paraissent normaux, mais au-delà de leur apparence qui séduit les plus petits, il existe de graves failles. En effet, ils intègrent un micro ainsi qu’un haut-parleur leur permettant de répondre aux questions des enfants tout en étant connectés à internet. Au vu de menaces apportées par ces jouets, la poupée Layla est d’ailleurs interdite en vente en Allemagne depuis 2014.

Des jouets connectés qui collectent des informations trop sensibles

Les risques liés à l’utilisation de ces jouets connectés sont d’autant plus grandioses dans la mesure où ils peuvent entre autres mémoriser la tonalité de la voix ainsi que les contenus des conversations. Il n’est pas nécessaire de vous rappeler qu’il est difficile pour un enfant de filtrer les informations qu’il peut ou ne peut pas échanger avec le jouet.

« Une personne située à 9 mètres des jouets à l’extérieur d’un bâtiment peut connecter un téléphone mobile aux jouets grâce au standard de communication Bluetooth sans avoir à s’authentifier »,  indique la Cnil  avant d’ajouter « la personne située à une telle distance est en mesure d’entendre et d’enregistrer les paroles échangées entre l’enfant et le jouet ou encore toute conversation se déroulant à proximité de celui-ci ». Face à tout cela, la commission a donné à l’entreprise deux mois pour se mettre en conformité.

Que pensez-vous de cette mesure prise par la Cnil ?

La Cnil soupçonne deux jouets connectés d’espionner les enfants
4 (80%) 1 vote

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here